November 4, 2014

Spot-4 satellite has officially retired from service on January 11, 2013

Spot-4 satellite has officially retired from service
on January 11, 2013

SPOT4 est mort, vive Take five ! Cette formule consacrée ne s'applique encore pour SPOT4 qu'à la programmation commerciale, mais on peut avoir le plaisir de l'énoncer car c'est bien un roi de l'imagerie optique qui a tiré sa révérence avec la fin de son exploitation commerciale le 11 janvier dernier.

Dans ce cadre d'utilisation, SPOT4, c'est en effet 15 années de bons et loyaux services, avec un volume de programmation réalisé de l'ordre d'une dizaine de millions de scènes archivées, avec une indisponibilité de moins de 0,3% du temps passé en orbite (0,7% en incluant les indisponibilités liées directement à la prolongation de sa durée de vie initiale).

Il est l'avant dernier d'une famille de satellites au compromis couverture au sol/résolution inégalée, qui trouve son point d'orgue avec SPOT5 (2,5 m couleur sur une zone de 60 km x 60 km), et sa descendance dans PLEIADES.

Ces caractéristiques ont une reconnaissance internationale par le biais de l'activité de SPOT Image, ou par des biais plus marginaux.
On peut citer parmi eux son utilisation pour la Charte internationale de catastrophe majeures, où la famille SPOT est la plus sollicitée de la flotte internationale disponible pour intervenir sur zone (SPOT est sollicité pour 3 activations sur 4 en moyenne).

Spot4 tire sa révérence avec panache, car il va être utilisé pour préparer le futur.
A partir de fin janvier, il s'offre une nouvelle mission : Take five.

Pour cette nouvelle mission, l'orbite de Spot4 sera abaissée de 2,5 km pour le positionner sur une orbite à forte revisite (5 jours), afin de préparer les algorithmes, méthodes et applications de la future mission pour la composante optique de GMES, Sentinel-2.

SPOT4 permettra ainsi de combiner une répétitivité équivalente à celle de Sentinel-2 avec une large fauchée (120 km en bi-instrument), une résolution du même ordre de grandeur et 4 bandes spectrales.

Au niveau national, de nombreux utilisateurs scientifiques (80 laboratoires dont CESBIO, INRA, CEA, CIRAD, IFREMER, IRSTEA,METEO FRANCE, CETE, DREAL...) se sont déclarés enthousiastes à l'idée d'accéder à de telles données.
Cette mission offre également d'intéressantes perspectives de collaboration internationale puisqu'elle compte 4 partenaires internationaux : la NASA, l'ESA, le JRC et le CCRS.

Ce sont 42 sites dont 16 en France qui seront systématiquement imagés pendant une durée de 4 mois.

Les niveaux 1A seront produits par Spot Image, les niveaux supérieurs seront produits par le centre de production MUSCATE du CNES et distribués au plus grand nombre d'utilisateurs courant 2013, via le portail du PTSC (Pôle Technique Surfaces Continentales).

Cette opération technologique, exceptionnelle par sa durée, par l'importance des ressources qu'elle mobilise et par la grande valeur ajoutée qu'elle confère à un système en fin de vie, laissera un peu de répit à SPOT4, avant les opérations de désorbitation, prévues en juin prochain.

L'ensemble de l'équipe Take Five, très impliquée et très motivée, tant côté CNES (OP, ME, SB, SI, ...) que côté Spot Image, est enthousiaste à l'idée d'utiliser encore un peu ce monument, et de le lui dire : avant qu'il nous quitte définitivement : "take five" ("prends 5 minutes") !